Derrière la création avec Nimi Nanji-Simard

posted in: Noncatégorisé | 0

nimi-blog-image-cropped

Les foulards sont ma passion, et je suis très fière de pouvoir la partager avec vous tous. Les foulards Niminimi sont uniques dans leur clarté et singuliers dans leur imagerie évocatrice.

Je dessine mon univers depuis mon enfance en Ouganda. Au cours des expulsions infâmes qui ont eu lieu dans mon pays, mes parents ont déménagé au Canada où je vis encore [Montréal]. Mon cœur (et mon mari hôtelier) m’ont ramenée en Afrique en 2009 : au Kenya cette fois. Pendant les cinq années que j’ai passées dans ce pays, j’ai créé une ligne de bijoux et de vêtements sur mesure s’inspirant des motifs et des couleurs vives de l’Afrique. Parallèlement,  j’ai travaillé comme acheteuse pour des boutiques d’hôtels de luxe à Nairobi, au mont Kenya et dans le Massaï Mara. Ce travail m’a amenée à découvrir les souks d’Éthiopie, du Rwanda et du Maroc, entre autres, à la recherche d’objets exotiques convoités par nos visiteurs européens et nord-américains.

Mes vingts ans de carrière dans le domaine sans but lucratif m’ont également permis de mieux comprendre les nombreux problèmes et défis auxquels les gens sont confrontés. Je me sens bénie d’être née dans ma famille, d’avoir reçu l’éducation que j’ai reçue et d’avoir été accueillie à bras ouverts au Canada. Tout le monde ne bénéficie pas de telles opportunités, et il ne faut jamais les tenir pour acquises.

Travailler avec le comité Friends of Unicef a été une étape naturelle dans ma tentative de collaborer avec sa fondatrice, Bita Cattelan, et les nombreux ambassadeurs d’UNICEF Canada. En tant qu’enfant élevée en Afrique, je sais que tous les enfants ne sont pas nés avec toutes ces choses que nous tenons pour acquises dans d’autres parties du monde. Les voyages que j’ai faits au cours de ma vie m’ont permis de découvrir d’autres parties du monde, comme la Thaïlande, la Russie, l’Inde ou les Philippines, et ont tous confirmé le vide qui existe  dans le domaine des services les plus fondamentaux à une enfance saine.

Grandir en Ouganda dans le cadre de  la communauté indienne, la famille et les voisins étaient toujours présents. Ils se remplaçaient sans vraiment se poser la question ni parler. Les enfants se sentaient en sécurité. L’initiative « Ça prend tout un village… » en est un exemple parfait.

La campagne #TIEDTOKIDS est très importante pour moi, car nous sommes tous liés à tous les enfants. Ils sont notre avenir, tant à un niveau très personnel qu’au niveau communautaire. Nous sommes tous liés à notre engagement : les aider à grandir en bonne santé pour qu’ils puissent un jour aider les communautés futures.